Avec votre connaissance du sytème énergétique mondiale, pensez-vous que nous pouvons nous désengager des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel) pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris ? En combien de temps pourrions-nous y parvenir ?

La stabilisation du climat de la planète conformément aux objectifs de l’Accord de Paris va nécessiter des changements radicaux dans le système énergétique mondial. Les rapports indiquent clairement que les émissions mondiales de combustibles fossiles doivent commencer à diminuer en 2020 afin de disparaître d’ici le milieu du siècle, ce qui signifierait une interdiction d’utiliser des combustibles fossiles. 

Ne pas prendre ce problème au sérieux entraînerait des coûts substantiels dans un proche avenir, ainsi qu’une énorme quantité de souffrances. Suivez ce lien si vous voulez en apprendre plus sur le changement climatique.

Que faut-il faire pour renverser la situation rapidement ?

Nous avons actuellement les connaissances et les solutions nécessaires pour passer des sources d’énergie que nous utilisons actuellement et nous désinvestir entièrement des combustibles fossiles. Il est moralement nécessaire et technologiquement possible d’assainir le système énergétique mondial d’ici 2050.

Les citoyens ont majoritairement réalisé que le changement climatique n’est pas seulement une préoccupation pour les scientifiques, mais plutôt un processus qui affecte tout le monde, parfois de manière très violente.

Nous avons surtout besoin de changements de politique pour changer les choses le plus rapidement possible de manière cohérente et intégrée. Atteindre cet objectif exige que nous commencions immédiatement à aligner les décisions d’investissement, qu’elles soient publiques ou privées. Pour ce faire, la politique énergétique doit être claire (avec des objectifs concrets), cohérente (dans tous les secteurs de l’économie), informée (soutenue par une analyse solide) et responsable (en termes de coût de la transition, et quels mécanismes seront utilisés pour la promouvoir). 
 

Quels changements sont nécessaires ? A quoi ressembleront les nouvelles villes durables ?

Les changements devraient être globaux et couvrir tous les secteurs de l’économie. L’industrie, les bâtiments, les espaces publics, le commerce et les transports doivent fonctionner sans émettre de gaz à effet de serre.

De nouveaux matériaux de construction, de nouveaux systèmes de mobilité et de nouveaux produits dans l’économie circulaire doivent tous être recherchés, car ils existent déjà. Les villes peuvent être les plus grandes vitrines de la réussite de la transition énergétique, en privilégiant des modèles d’utilisation de l’énergie et de l’eau ultra-efficaces, des modèles de partage des ressources et des équipements (qui existent déjà pour la mobilité) et des modèles d’organisation des loisirs au travail qui favorisent les villes piétonnes, pour éviter le besoin de déplacements de masse.

Cette évolution devrait libérer beaucoup d’espace dans les villes pour les puits de carbone, qui ont l’avantage supplémentaire de créer un impact positif sur la santé publique.Bien qu’il existe certaines études qui soulignent les immenses avantages des villes intelligentes et durables.

Il ne faut pas s’occuper que des beaux quartiers, la transition écologique est aussi une lutte contre la précarisation des plus pauvres.

Avez-vous le sentiment que les mentalités évoluent déjà vis-à-vis des transports ?

Sans aucun doute, surtout parmi les jeunes générations. Même les personnes qui aiment toujours avoir leur propre véhicule, ou en ont besoin, sont sensibilisées aux nouvelles solutions de mobilité. 

La principale limitation de la mobilité électrique est le manque d’accès aux infrastructures de recharge, plutôt que le prix des véhicules électriques. Nous avons besoin d’une révolution dans les systèmes de recharge dans nos villes. Par exemple, chaque lampadaire pourrait être une borne de recharge, ou chaque magasin au niveau de la rue pourrait fournir de l’électricité aux véhicules, comme un Airbnb pour l’approvisionnement en électricité. Il y a beaucoup d’innovations technologiques et commerciales à explorer.
 

« Il est moralement nécessaire et technologiquement possible de nettoyer le système énergétique mondial d’ici 2050. »

En Europe, l’accent mis sur les énergies renouvelables au cours de la dernière décennie a changé le paysage de la production d’énergie électrique. Dans quoi devons-nous investir maintenant ? 

L’objectif de nombreux pays est d’atteindre une production 100 % renouvelable. Il y a encore un long chemin à parcourir. Cependant, l’électricité ne représente « que » 25 % de la consommation finale d’énergie, la priorité devrait donc être la mobilité et les transports. Les transports sont responsables de 36% des émissions totales d’énergie, soit à peu près la même part que les industries énergétiques.

Il est également urgent de s’engager sur des mécanismes innovants pour un approvisionnement énergétique efficace et suffisant centré sur le consommateur final (ménages et entreprises). La numérisation du système énergétique contribuerait grandement aux progrès dans ce domaine,mais a été largement absent des préoccupations concernant la politique énergétique.

L’Union européenne discute d’un paquet énergie-climat. Quelles évolutions pouvons-nous anticiper de ces processus législatifs ?

Selon le troisième rapport sur l’état de l’union de l’énergie de novembre 2017, la consommation d’énergie primaire devra diminuer de 3,1 % entre 2015 et 2020 pour atteindre l’objectif d’efficacité énergétique. C’est peut-être pour cette raison que le document de la Commission européenne « Une énergie propre pour tous les Européens », qui est essentiel pour concevoir le futur système énergétique européen, inclut l’efficacité énergétique comme l’un de ses principaux objectifs.

Un nouvel objectif de 32,5% d’efficacité énergétique d’ici 2030 (20% en 2020) a déjà été approuvé, avec une révision à la hausse prévue pour 2023. Pour les énergies renouvelables, un objectif de 32% d’ici 2030 (20% en 2020) a également été approuvé. Ce sont des objectifs ambitieux, mais ils sont nécessaires et réalisables. La précarité énergétique, comme discuté dans le document européen, devrait être une priorité au Portugal pour des raisons de santé sociale et publique, qui ont tendance à s’aggraver avec le changement climatique.

Comment un pays peut-il contribuer à ce processus ?

Les territoires disposent de ressources renouvelables qui devraient être optimisées pour fournir des services énergétiques à l’économie, et le pays devrait rejeter toute tentative d’entreprises privées de poursuivre des projets basés sur les ressources fossiles, tels que les accords de concession actuels pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures.

L’efficacité énergétique devrait venir en premier, car c’est l’option la plus rentable de toutes. Pour y parvenir, nous avons besoin d’innovations en matière de politique, de financement et d’infrastructure numérique. Par exemple, Le Portugal possède une excellente base de compétences numériques qui doivent être appliquées pour atteindre cet objectif. La feuille de route pour la neutralité carbone que le gouvernement portugais élabore comprend une vision qui implique un changement dans le paradigme énergétique du pays. Des solutions technologiques et des modèles de production et de consommation déjà disponibles sont à l’étude, ce qui réduit l’incertitude quant à la réalisation de l’objectif.
 

Le niveau actuel de R&D est-il suffisant pour atteindre zéro ou presque zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2050 comme l’envisage l’Accord de Paris ?

L’Europe possède de nombreuses ressources qualifiées et un savoir-faire dans divers domaines de l’énergie, en grande partie grâce aux mérites de sa communauté de recherche et d’innovation, y compris dans les réseaux internationaux. Une grande partie de cette communauté s’est formée lorsque l’Europe a décidé d’investir dans les énergies renouvelables dans les années 2000, ce qui montre l’impact positif des politiques publiques. 

Le passage de l’innovation basée sur des projets à l’échelle du marché est un défi, et les politiques énergétiques et d’innovation doivent travailler ensemble. C’est la seule façon pour l’Europe d’assurer la transition énergétique sur la base de ses propres ressources, avec un impact positif sur la compétitivité. Cela dit, la R&D du continent mérite plus d’attention et de moyens car la transition énergétique vers le zéro émission est l’un des moteurs de l’innovation du XXIe siècle.

Si nous ne sommes pas assez rapides et efficaces, qu’arrivera-t-il à notre génération et à celle de nos enfants ?

Nous ne savons pas ce que ce sera de vivre sur une planète avec une température moyenne plus de 2°C plus chaudz, mais cela signifiera certainement un tout nouveau scénario pour la biosphère, et sera sûrement dangereux pour l’humanité. 

La production agricole, le cycle de l’eau et tout ce que la biosphère nous a donné pour maintenir la vie en seront affectés. Je ne peux même pas imaginer les conséquences de cet avenir social et économique. Les gouvernements et les entreprises doivent s’assurer que les faits scientifiques sont présents à chaque étape du processus de prise de décision, car, en fin de compte, ils ont la responsabilité morale de l’état de la planète que nous léguons aux générations futures. Avec ce que nous savons aujourd’hui, il n’y a pas de place pour l’attente !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code